DETECTIVE CONAN { dark truth }

Forum RPG sur Détective Conan et Magic Kaito
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
RECENSEMENT EN COURS - JUSQU'AU 4 MAI ! Activités à prévoir

Partagez | 
 

 Présentation de Friedrich von Lenhausen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« Invité »
Invité


MessageSujet: Présentation de Friedrich von Lenhausen   Sam 25 Oct - 16:54

Friedrich von Lenhausen
« Phantasie ist wichtiger als Wissen, denn Wissen ist begrenzt. »

♦️ NOM } von Lenhausen
♦️ PRÉNOM } Friedrich
♦️ AGE } 25 ans
♦️ SEXE } Masculin

♦️ GROUPE } Détective
♦️ PROFESSION } Consultant en gestion des connaissances
♦️ DATE DE NAISSANCE } 23 novembre
♦️ VILLE } Cologne/Tokyo

Portrait Physique


Friedrich von Lenhausen n'a, d'apparence, pas le physique d'un allemand (tout du moins, la représentation archétypale que l'on s'en fait), contrairement à ce que pourrait indiquer son nom. Issu d'un père allemand et d'une mère japonaise, il a hérité la majorité de ses traits de cette dernière, tandis que son patronyme lui vient de son paternel.

Le corps adulte de Friedrich est assez grand, sans toutefois l'être excessivement, puisqu'il mesure 177 centimètres. Du fait de sa relative maigreur, on peut aisément penser qu'il est mal-assuré, ce qui est toutefois faux. Malgré tout, on pourrait conseiller au jeune homme de faire attention à sa morphologie, mais celui-ci répondrait alors qu'il n'en est pas question ou qu'il n'en voit pas l'utilité: les préoccupations physiques de ce genre ne l'ont jamais guère intéressé, lui qui préfère tout ce qui est en rapport avec la réflexion, le psyché et la méta-analyse.
Son visage osseux, souvent dur et toujours calme, inspire le sérieux et l'ordre. Sa forme ovale concorde avec la minceur de Friedrich. Souvent blême et pâle, à cause de la fatigue qui guette le consultant, il est troué à deux endroits par des yeux fins et sombres - souvent cernés - qui semblent fouiller dans les profondeurs de l'âme de ceux qu'il regarde ; impossible d'y échapper, une fois que le jeune homme a capté votre regard, seul un sentiment d'hésitation peut émaner de vous. Pour compléter ce tableau quelque peu sombre, il ne faudrait pas oublier le nez presque aquilin de Friedrich, renforçant l'impression machiavélique qu'il donne.
Sa bouche mince tend à descendre naturellement, mais il arrive parfois qu'il fasse quelques sourires en remontant un coin de ses lèvres - trop rares signes de tendresse.
Ces cheveux raides enfin, d'un noir légèrement grisâtre, partent de chaque côté de sa tête, donnant un volume au crâne du jeune homme.

Si le portrait qu'on dresse semble terne et peu réjouissant, c'est qu'il s'agit uniquement d'une retranscription physique de la personnalité de Friedrich.


Portrait Moral


Peut-on seulement dresser la personnalité de cet homme, tant elle est confuse ?

Doué d'une introversion certaine, Friedrich ne rejette toutefois pas les autres : il semble juste apathique avec les inconnus, leur conseillant de ne pas se lier avec lui, si leurs motifs ne sont pas ceux auxquels il aspire lui. Non pas qu'il se montre froid - bien qu'il sache le faire - puisqu'il se montre extrêmement poli et prévoyant ; certains sont d'ailleurs exaspérés par le cynisme du jeune homme. Parallèlement, il sait garder des relations très fortes et puissantes avec ceux qu'il considère comme ses êtres chers, ce qui le fait parfois hésiter dans ses actions, sans doute sa plus grande faiblesse, si on devait en citer une.
D'autre part, Friedrich reste la quasi-intégralité du temps lucide et ne laisse transparaître aucune émotion. De là, il est extrêmement pudique dans ses rapports sociaux, même avec des amis très proches.
Son calme apparent et omniprésent qui est lisible sur son visage est souvent considéré comme une provocation par ses adversaires, en effet, cette tranquillité n'est jamais brisée, même dans des situations difficiles qui feraient craquer la plupart des personnes normales. Son intellect est plutôt développé, et il est capable d'analyses nombre de événements en même temps tout en gardant une idée claire sur la globalité de la chose, qualité qu'il met au profit de la lutte contre le crime en aidant la police germanique, à ses temps perdus.

En opposition à cela, le jeune homme est quelqu'un de très machiavélique et manipulateur. Il n'hésitera pas à envoyer des personnes dans ses pièges vicieux, outrepasser les règles établies ou briser les espérances de quelqu'un, s'il en a besoin pour atteindre son but ; but toujours noble au final, précisons-le. Malheureusement, il sait que les gens ne seront pas positivement réceptifs à ces méthodes et pourront le dénigrer. Cette forme de velléité lui a valu une réputation assez douteuse dans certaines sphères, ce qu'il assume parfaitement.


Histoire


Les volets de l'appartement était fermés, la seule lumière qui éclairait vaguement la chambre était celle de l'ordinateur qui affichait un écran de veille. Les formes géométriques s'y enchaînaient mollement, toujours avec la même lassitude. Sur le côté, une tasse de café, dont il ne restait plus que le fond froid et sec, reposait.

De la musique résonnait dans la pièce. Une valse de Chopin, la troisième du soixante-quatrième opus. Friedrich était assis sur son lit, le dos au mur, à écouter la mélodie. D'un geste machinal, il remonta ses lunettes à l'aide de son index et de son majeur. Il s'ennuyait grandement. Son travail n'était plus assez complexe et il avait besoin de quelque chose pour faire passer son ennui, ennui mortifère pour ses synapses, comme il aimait le dire.

Brusquement, il se leva et ouvrit les volets. La fenêtre laissait apercevoir la ville de Cologne sous un coucher de soleil. L'église en face indiquait 19 heures 58. Tandis qu'il se laissait aller à la contemplation de la ville, un petit bip sonore vint de son ordinateur, annonçant l'arrivée d'un nouveau message. Le consultant se retourna avec dépit, juste au moment où les cloches de l'église se mirent à sonner d'une façon chantante, éclipsant le piano de Chopin.

C'était un mail. D'Elena, une collègue que Friedrich appréciait assez, peut-être jusqu'au point d'avoir quelques sentiments à son égard. Le détective amateur ouvrit le mail d'un clic et le parcourut rapidement. C'était juste un rapport analytique qu'il lui avait demandé dans la matinée, rien de bien urgent au final. Il tomba donc sur sa chaise, encore en proie au désœuvrement.

Cela faisait deux semaines que l'inspecteur Einig n'avait plus fait appel à lui. « Comme s'il y avait moins de criminels en liberté... » pensa Friedrich avec un léger sourire amer en coin.

Tout à coup, le téléphone sonna. Peut-être, avec un peu d'espoir, ça pourrait être l'inspecteur Einig justement. Le jeune homme se précipita dessus, mais il eut un petit pincement au cœur qu'il réprima de suite, en voyant le numéro de sa chère mère qui s'était affiché sur l'écran du combiné. Il coupa la musique qui tournait encore, avant de décrocher rapidement le téléphone et de le coller à son oreille :

- Allô, Maman ?
- Friedrich ! Tu ne peux pas savoir comme cela me fait plaisir d'entendre ta voix ! Comment vas-tu, mon ange ?
- Je suis en proie à un ennui dévastateur, mais te parler permet de le tuer, Maman. Et toi, comment vas-tu ?
- Oh, ça va bien, de mon côté, répondit la mère du jeune homme en riant. C'était pour te poser une petite question que je t'appelais.
- Je t'écoute donc, qu'y a-t-il ?
- C'est bientôt les vacances et j'espérais que tu puisses venir à Tokyo pour passer nous voir, ton père et moi. Qu'en dis-tu ?
- Et bien... Comme j'imagine que vous avez déjà acheté le billet d'avion, il ne me reste plus qu'à accepter...
- Allons, allons. Tu me connais trop bien, à ce que je vois. Tu recevras les billets par la poste, d'ici demain soir. Je dois te laisser, mon chou, j'ai encore beaucoup de papiers à remplir. Au revoir !
- Oui, au revoir...

Friedrich reposa le téléphone, et relança Chopin qui jouait doucement une berceuse. Le jeune homme en profita pour s'allonger sur son lit, fermer les yeux, et rapidement sombrer dans les bras de Morphée.

~~~~~~~~~~~~

L'aéroport de Tokyo était bondé et les cris jaillissaient de partout. Friedrich se massa son cou douloureux. « Fichu torticolis, ce coussin était vraiment atroce. » pesta-t-il. Le consultant se balada dans les allées avant de sortir à l'air libre, un beau soleil l’accueillant.

Devant l'entrée, des piles de journaux gratuits étaient mis à disposition. Friedrich en attrapa un en passant et le feuilleta rapidement : Yoko Okino qui avait fait un concert, les plans d'aménagement écologique pour le quartier Akihabara, un article sur la protection des animaux à Okinawa et... un certain Kogoro Mouri qui venait de résoudre une nouvelle affaire grâce à ses capacités intellectuels extraordinaires.

Un sourire intéressé s'empara du visage, d'habitude si froid, du détective amateur. Il aimerait rencontrer ce fameux Mouri. Peut-être que ses synapses allaient pouvoir se remettre au travail, qui sait ?



IRL


♦️ PSEUDO } MeitanteiEdogawa (OMFG, he's back ?).
♦️ AGE } 15 ans.
♦️ EXPERIENCE RP } Assez importante, surtout après le saut que j'ai fait à nouveau dans le bain. Prêt à RP de plus belle, pour être honnête.
♦️ COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? } Et bien c'est un come-back, puisque j'avais le personnage de Cordelia, mais qui m'a lassé. Bon, cette fois, je suis bien décidé à rester. Razz
♦️ PREMIÈRES IMPRESSIONS } Très bon thème, très épuré. J'apprécie tout à fait.
♦️ PROGRESSION DU MANGA } A jour.



Conan de DC DT RPG (c)


Dernière édition par Friedrich von Lenhausen le Dim 26 Oct - 9:28, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 326
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 20
Localisation : Tokyo - Agence Mouri

Feuille de personnage
POINTS TS: 996

MessageSujet: Re: Présentation de Friedrich von Lenhausen   Sam 25 Oct - 18:55

OOH ! ** BON RETOUR Cordélia !! What a Face Like a Star @ heaven (enfin, Friedrich)
Ravi que tu aies décidé de revenir parmi nous ! C:
Bonne chance pour la suite de ta fiche en tout cas ! \o/

_________________